Bien que partiellement absente de la scène musicale, cela faisait depuis octobre 2015 que Selena Gomez n’avait pas sorti d’album solo. C’est chose réglée et depuis le 10 janvier 2020 est disponible son troisième projet sobrement intitulé Rare. Le successeur du très excellent et novateur Revival a-t-il les épaules pour pouvoir rivaliser avec ou bien est-ce qu’avec ce nouvel opus, l’ex-star des Sorciers de Waverly Place s’est perdue en cours de route et a fait de Rare un énième album ennuyeux portant sur l’amour? C’est ce que nous allons essayer de voir au travers de cette critique de l’album.

 

C’est au travers des singles Lose You to Love Me, son premier single numéro un aux Etats-Unis et sa première ballade depuis The Heart Wants What It Wants (2014), et l’autobiographique Look at Her Now, la petite soeur de Hands to Myself, tout deux sortis en octobre 2019 que la chanteuse montre une facette plus personnelle déjà amorcée avec son précédent album. Rare commence alors par la chanson du même titre, et c’est dès les premières notes aériennes, rappelant Bad Liar, que Selena Gomez chante et vante ses qualités à son partenaire, et le rideau est alors levé.

Mélange d’efficacité et de légèreté, l’album est alors marqué d’une production pop et de ce qui se fait de mieux depuis quelques années, mais en mieux. Nous sommes ici en présence d’un album dans l’air du temps, bien que peu novateur, mais terriblement efficace et alors avec des chansons construites pour et autour la voix de Selena, là où les chansons des plus grandes voix actuelles tels qu’Ariana Grande ou Miley Cyrus sont marqués d’instrumentals que l’on peut qualifier de plus pesante et plus présente, les chansons de Rare se fondent dans la volupté de la voix diablement sensuelle de Selena Gomez, n’étant pas sans rappeler la chanteuse Billie Eilish, où son frère producteur a signé le premier single de l’album. L’album n’est cependant pas avare de chansons plus radio friendly, tels que le très rythmé Dance Again avec sa basse violente et son refrain qui aura le mérite de mettre tout le monde d’accord ou encore Ring et Let Me Get Me et leurs sonorités plus latino-américaines, n’étant pas sans rappeler Havana de Camila Cabello, dans une version alors au goût du jour mais gardant le même appeal.

D’autres moments forts de l’album se retrouvent alors en Vulnerable et Cut You Off, une chanson qui aurait alors pu se trouver dans l’album Emotion de Carly Rae Jepsen ou bien 1989 de Taylor Swift, avec une influence pop-retro très en vogue et dans l’air du temps. Les collaborations se font exclusives et surprenantes, avec le rappeur 6Lack et le chanteur Kid Cudi, respectivement au travers des titres Crowded Room, ode à l’amour grâce à sa sensualité et sa légèreté et le mélancolique A Sweeter Place clôturant alors l’album, et rappelant l’endroit où est la chanteuse.  On note cependant la facilité que des chansons tels que Fun et People You Know peuvent avoir et il faudra quelques écoutes pour pouvoir se rappeler de ses deux titres, étant tout deux en deca des autres titres, tant dans le rythme que dans les paroles.

 

 

Au final, Rare est un album pop qui est révélateur de ce qui se fait de mieux de nos jours: un album aérien aux rythmes efficaces enveloppant la voix de la chanteuse tant dans les envolées qui se retrouvent dans les chansons mais également avec des beats plus agressifs  le tout accompagné par la profondeur de l’histoire que Selena Gomez a à raconter sur des fonds de rupture et de self-love. Bien que peu novateur, mais suite logique de Revival,  Rare est alors un album qui pour sûr va marquer l’année 2020 et la nouvelle décennie en général. Ce dernier opus fait monter la chanteuse un rang au-dessus et l’ex-star de Disney n’a rien à envier à ses collègues, et ce malgré une longue absence, l’album prouve bien que Selena est une des rares artistes pop à durer dans le temps et donnant alors le la aux autres chanteurs, aussi bien de l’ancienne que de la nouvelle génération.

Et vous, avez vous écouté cet album? Quel est votre avis du dernier album de Selena Gomez?

 

Une chanson de 1:53 devenue le tube de l’année, les femmes de nouveau au pouvoir et de l’autotune à tout va sont les quelques qualificatifs pouvant décrire l’année 2019 dans l’univers musical. Si cette année fut anormalement riche en nouvelles découvertes avec l’émergence d’artistes sur le plan international comme Billie Eilish, Lizzo ou Lil Nas X, mais également en France avec Heuss l’Enfoiré, Clara Luciani ou encore Eva Queen, 2019 marque également l’année ou certaines légendes de la musique, comme Mariah Carey ou Billy Ray Cyrus atteignirent un pic de popularité que personne ne pouvait prédire au début de l’année. Si le mélange des genres et des artistes constituent alors 2019, quels ont alors été les différentes chansons, artistes et albums qui ont marqués l’année 2019, pour le meilleur comme pour le pire?

Tik Tok au coeur des phénomènes

Paradis sur terre pour certaines personnes, pire abomination de la décennie pour d’autres, une chose que l’on ne peut pas enlever à Tik Tok, c’est son pouvoir retentissant et l’effet qu’elle peut avoir. C’est d’ailleurs grâce à cette application que deux des principaux phénomènes de l’année, Lil Nas X et Lizzo, eurent un succès phénoménal.

Lil Nas X, jeune rappeur tout juste âgé de 20 ans, acheta l’instrumental du célèbre Old Town Road sur internet pour la modique somme de 30 dollars et mettant le compte bancaire du jeune homme mal en point. Suite au Yee Haw Challenge sur l’application, lancé en début d’année 2019, c’est en mars 2019 que la chanson rentra dans les charts américains, et le 5 avril 2019 sortit le remix avec la légende de la country, Billy Ray Cyrus, aidant alors la chanson à atteindre la première place aux Etats-Unis, pour y rester 19 semaines consécutives, battant ainsi le record de Mariah Carey et Boyz II Men avec One Sweet Day, resté alors 16 semaines consécutives en 1995 et 1996. La chanson est également une des rares chansons ayant reçu la très convoitée distinction de chanson de diamant pour dix millions d’exemplaires vendus (ventes+streaming). Le succès fut de la chanson fut alors similaire sur une échelle mondiale, atteignant la première place dans pas moins de quinze pays, incluant le Canada, le Royaume-Uni mais également la France.

Lizzo expérimenta un succès similaire grace à l’application avec Truth Hurts, initialement sorti en septembre 2017, ce n’est qu’en mai 2019 que la chanson entra dans les charts américains, pour atteindre la première place cinq mois plus tard pendant sept semaines non-consécutives, faisant de Lizzo l’artiste féminine avec la chanson rap solo pour une artiste féminine classée le plus longtemps à la première place, et à égalité avec Fancy de Iggy Azalea et Charli XCX. En revanche, sur l’échelle mondiale, le succès fut plus discret, avec une 29ème place en Royaume-Uni, une 7ème place au Canada et en France, la chanson n’a pas encore réussi à atteindre le top 200. Est-ce que 2020 sera alors plus fructueux pour la chanteuse? Réponse dans quelques mois!

 

Who run the world? Girls!

Que ce soit Angèle, Aya Nakamura ou encore Ariana Grande, 2019 fut l’année de la Femme dans l’industrie de la musique. Là où les dernières années de la décennie furent majoritairement marquées par des chansons d’artistes masculins, entre Bruno Mars, Justin Bieber et Ed Sheeran entre autres, 2019 fut  la première année depuis 2014 où l’empreinte féminine marqua le monde d’un fer rouge. Et cette année, le girl power se chanta  avec des hymnes féministes pop, comme Balance ton Quoi de Angèle et ses 60 millions de vues, permettant à Brol de se vendre à 500 000 exemplaires sur le territoire français donnant alors au disque la très convoitée certification diamant mais aussi La Grenade de Clara Luciani propulsant l’artiste ancienne chanteuse du groupe La Femme au rang de chanteuse incontournable de la scène française.

Le R&B n’est également pas resté de marbre avec Pookie d’Aya Nakamura, véritable tube de l’année 2019 de par son beat agressif et méchamment entêtant au vidéo clip le plus vu en France avec 161 millions de vues, et sur la scène internationale, Ariana Grande et ses 7 rings ont eu la particularité de rentrer directement à la première place dans les charts américains faisant de la chanteuse la troisième artiste à avoir deux chansons solos à rentrer directement à cette place derrière Mariah Carey et Britney Spears pour y rester huit semaines consécutives. En parlant de Mariah Carey, la chanteuse aux cinq octaves a enfin atteint la première place dans plusieurs charts cette année avec All I Want For Christmas Is You, notamment aux Etats-Unis faisant de Christmas le dix-neuvième numéro un de la chanteuse, un record pour n’importe quel artiste solo, et faisant de la chanteuse la seule artiste à avoir au moins une chanson numéro un sur quatre décennies.

Sur le plan alternatif, personne ne put échapper à la tempête Billie Eilish. Véritable phénomène de cette année, la digne héritière de Lana Del Rey et Lorde mit la terre entière à ses pieds avec le tube Bad Guy, permettant au premier album de la chanteuse, When We All Fall Asleep, Where Do We Go? de rencontrer un succès similaire en faisant de l’album la meilleure vente de l’année aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande mais également la deuxième et quatrième meilleure vente au Canada et au Royaume-Uni respectivement. L’album atteignit la septième place en France la semaine de sortie et est aujourd’hui certifié disque d’or pour 50 000 exemplaire vendus.

 

 

Do you believe in life after love?

Si c’est Cher qui popularisa l’autotune en 1998 et 1999 avec son tube Believe, vingt ans après, son petit frère, le vocoder est le nouveau jouet préféré des chanteurs et notament des rappeurs. Véritable béquille pour créer des carrières qui n’auraient jamais du arriver ou bien logiciel apportant une touche futuristique à la chanson, l’autotune était alors incontournable en 2019. Populaire dans le rap américain depuis le milieu de décennie, 2019 trouva un allié de poids en l’autotune, que ce soit PNL et leur album Deux Frères propulsé par la chanson Au DD, Heuss l’Enfoiré, dernier phénomène français avec Les Méchants, Aristocrate ou sa dernière chanson Moulaga en featuring avec le pionnier français du vocoder, Jul, qui se sert du logiciel depuis son premier album sorti en 2014 cette année vit la consécration de ce genre particulier, populaire depuis deux ans en France et ayant fait dansé la France entière sur des rythmes alors très peu recherchés, recyclés avec des paroles plus que plates. Il faut néanmoins se préparer à ce que genre soit le genre de prédilection des boîtes de nuit, bien que le rap vit un pic de popularité cette décennie,  2019 vit l’émergence d’un nouveau rap français, beaucoup plus rythmé et diaboliquement entêtant.

 

Mon album de l’année 2019: thank u, next

Véritable star de Nickelodeon dans le show Victorious, c’est en 2013 qu’Ariana Grande sortit son premier album Yours Truly, mais c’est un an après, avec la chanson Problem et l’album My Everything que la chanteuse se fit une place de nom dans l’industrie musicale. C’est cependant avec son dernier album, thank u, next que la chanteuse montra l’étendue de son talent et un retour à ses racines R&B, montrant clairement l’influence des divas du genre, pour ne citer que Whitney Houston et Céline Dion sur la chanteuse. Porté par la chanson du même titre que l’album, véritable ode à la rupture donnant alors un arrière-goût sur le thème principal de l’album; l’amour vu d’une manière beaucoup plus pessimiste avec notamment le thème de la séparation.

C’est à travers 12 chansons mélangeant  hymnes R&B-pop, genre de prédilection de la chanteuse avec les chansons NASA et bloodline, mais également la ballade trompeusement romantiques Imagine et le très émouvant ghostin, l’album est une véritable thérapie à la rupture, laissant la chanteuse s’exprimer sur le fait qu’elle soit needy ou bien alors qu’elle a une bad idea, chanson ayant pour thème le fait de se servir de quelqu’un pour remplacer son ex-amoureux, l’album termine de manière audacieuse et quoi de mieux que de finir un album ayant pour thème comment panser une rupture en demandant à son crush de quitter sa petite amie pour qu’il puisse sortir avec le très audacieux break up with your girlfriend, i’m bored. S’inspirant de ses relations passées avec Pete Davidson et le défunt Mac Miller, les chansons s’enchaînent, se mélangent mais ne se ressemblent pas et l’album est alors marqué d’une construction propre avec une base solide ayant une histoire à raconter, propre à elle mais connue de tous, là où l’album est le reflet de sa vie et où le reflet nous ressemble également. Il est audacieux mais juste de dire que chaque personne peut alors se reconnaître en l’album et pouvant alors plaire à un grand nombre.

L’album, sorti huit mois après le déjà très bon sweetener, reprit alors quelques collaborateurs de la chanteuse avec notamment Ilya, responsable des chansons Into You, Side To Side, ou God Is a Woman, mais également Max Martin, le génie de la pop ayant crée les tubes …Baby One More Time, I Want It That Way ou plus récemment la majorité de l’album Teenage Dream de Katy Perry. Acclamé par la critique et nominé pour quatre Grammy Awards dont l’album de l’année mais également  la chanson de l’année pour 7 ringsthank u, next fut une véritable consécration pour la chanteuse étant alors son meilleur album, mais également l’un des meilleurs albums sortis cette décennie, faisant d’Ariana Grande une artiste à prendre au sérieux et est en passe de devenir une légende de l’histoire de la musique.

 

Merci pour votre lecture, à très vite!

Kanj!

Tous droits réservés. Habbo, Habbo Hotel, Sulake et leurs logos associés sont des marques déposées du groupe Sulake Suomi.
Ce site ne fait en aucune façon partie de Habbo et n'appartient en rien au groupe Sulake Suomi. Par conséquent, Sulake ne saurait être tenu pour responsable des propos et contenus diffusés sur ce site.