Bien que partiellement absente de la scène musicale, cela faisait depuis octobre 2015 que Selena Gomez n’avait pas sorti d’album solo. C’est chose réglée et depuis le 10 janvier 2020 est disponible son troisième projet sobrement intitulé Rare. Le successeur du très excellent et novateur Revival a-t-il les épaules pour pouvoir rivaliser avec ou bien est-ce qu’avec ce nouvel opus, l’ex-star des Sorciers de Waverly Place s’est perdue en cours de route et a fait de Rare un énième album ennuyeux portant sur l’amour? C’est ce que nous allons essayer de voir au travers de cette critique de l’album.

 

C’est au travers des singles Lose You to Love Me, son premier single numéro un aux Etats-Unis et sa première ballade depuis The Heart Wants What It Wants (2014), et l’autobiographique Look at Her Now, la petite soeur de Hands to Myself, tout deux sortis en octobre 2019 que la chanteuse montre une facette plus personnelle déjà amorcée avec son précédent album. Rare commence alors par la chanson du même titre, et c’est dès les premières notes aériennes, rappelant Bad Liar, que Selena Gomez chante et vante ses qualités à son partenaire, et le rideau est alors levé.

Mélange d’efficacité et de légèreté, l’album est alors marqué d’une production pop et de ce qui se fait de mieux depuis quelques années, mais en mieux. Nous sommes ici en présence d’un album dans l’air du temps, bien que peu novateur, mais terriblement efficace et alors avec des chansons construites pour et autour la voix de Selena, là où les chansons des plus grandes voix actuelles tels qu’Ariana Grande ou Miley Cyrus sont marqués d’instrumentals que l’on peut qualifier de plus pesante et plus présente, les chansons de Rare se fondent dans la volupté de la voix diablement sensuelle de Selena Gomez, n’étant pas sans rappeler la chanteuse Billie Eilish, où son frère producteur a signé le premier single de l’album. L’album n’est cependant pas avare de chansons plus radio friendly, tels que le très rythmé Dance Again avec sa basse violente et son refrain qui aura le mérite de mettre tout le monde d’accord ou encore Ring et Let Me Get Me et leurs sonorités plus latino-américaines, n’étant pas sans rappeler Havana de Camila Cabello, dans une version alors au goût du jour mais gardant le même appeal.

D’autres moments forts de l’album se retrouvent alors en Vulnerable et Cut You Off, une chanson qui aurait alors pu se trouver dans l’album Emotion de Carly Rae Jepsen ou bien 1989 de Taylor Swift, avec une influence pop-retro très en vogue et dans l’air du temps. Les collaborations se font exclusives et surprenantes, avec le rappeur 6Lack et le chanteur Kid Cudi, respectivement au travers des titres Crowded Room, ode à l’amour grâce à sa sensualité et sa légèreté et le mélancolique A Sweeter Place clôturant alors l’album, et rappelant l’endroit où est la chanteuse.  On note cependant la facilité que des chansons tels que Fun et People You Know peuvent avoir et il faudra quelques écoutes pour pouvoir se rappeler de ses deux titres, étant tout deux en deca des autres titres, tant dans le rythme que dans les paroles.

 

 

Au final, Rare est un album pop qui est révélateur de ce qui se fait de mieux de nos jours: un album aérien aux rythmes efficaces enveloppant la voix de la chanteuse tant dans les envolées qui se retrouvent dans les chansons mais également avec des beats plus agressifs  le tout accompagné par la profondeur de l’histoire que Selena Gomez a à raconter sur des fonds de rupture et de self-love. Bien que peu novateur, mais suite logique de Revival,  Rare est alors un album qui pour sûr va marquer l’année 2020 et la nouvelle décennie en général. Ce dernier opus fait monter la chanteuse un rang au-dessus et l’ex-star de Disney n’a rien à envier à ses collègues, et ce malgré une longue absence, l’album prouve bien que Selena est une des rares artistes pop à durer dans le temps et donnant alors le la aux autres chanteurs, aussi bien de l’ancienne que de la nouvelle génération.

Et vous, avez vous écouté cet album? Quel est votre avis du dernier album de Selena Gomez?